Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Ploërmel : les incendiaires du collège du Sacré-Cœur condamnés
(Le 7 mars 2008)

Incendie du Sacré-Cœur. Prison ferme aux deux majeurs

Deux des auteurs de l’incendie qui a ravagé le Sacré-Cœur, à Ploërmel, en mars 2006, ont été condamnés, hier, à des peines de prison ferme par le tribunal de Vannes.

Adrien Nauraye, 22 ans, a été reconnu coupable d’incendie volontaire et condamné à 18 mois d’emprisonnement dont douze avec sursis et mise à l’épreuve. Âgé lui aussi de 22 ans, son acolyte Sébastien Goupy écope d’une peine plus lourde, à cause, dixit le tribunal « de ses antécédents judiciaires ». Il est condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis mise à l’épreuve. Tous les deux devront également payer 64.921 € de dommages aux différentes parties civiles. À noter que deux mineurs également impliqués dans cette affaire ont déjà été jugés et condamnés. Ils ont fait appel de ce jugement. Le préjudice total de cet incendie avait été évalué à une dizaine de millions d’euros. Le 31 janvier dernier, les deux prévenus avaient joué profil bas durant les deux heures et demie d’audience. Au moment des faits, ils vivaient en marge de la société et avaient pour habitude de se retrouver et de dormir dans l’une des très nombreuses pièces vides du Sacré-Cœur.

« D’une absurde imbécillité »

« Ce qu’ont fait ces jeunes est d’une absurde imbécillité. Ils n’ont pas mesuré le caractère gravissime de leur acte. Certains joyaux que renfermait le Sacré-Cœur étaient inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Leur disparition est irremplaçable », avait souligné l’un des avocats des parties civiles qui, au total, réclamaient un million d’euros de dommages et intérêts.

Le Télégramme de Brest, 7 mars 2008

*********

Incendiaires de Ploërmel : un an de prison

Les deux auteurs majeurs de l’incendie ont comparu devant le tribunal correctionnel de Vannes le 31 janvier. Hier, ils ont appris leur condamnation. Le verdict est tombé hier. Suite au jugement des deux majeurs impliqués dans l’incendie du Sacré-Coeur de Ploërmel en 2006, le tribunal correctionnel de Vannes les a condamnés à de la prison ferme avec mise à l’épreuve pendant trois ans avec l’obligation de travailler pour indemniser les victimes.

L’auteur principal, Sébastien Goupy, âgé de 21 ans, a été condamné à un an de prison ferme et deux ans avec sursis. Adrien Naudraye, âgé de 22 ans, a quant à lui été condamné à six mois de prison ferme et à un an de prison avec sursis. Tous deux ont été également condamnés à verser solidairement des dommages s’élevant à plus de 60 000 € aux différentes parties civiles. Ils devront ainsi verser 1 854 € à l’association Prire ; 7 319 € à l’association diocésaine et 58 948 € à l’association Ogec Sacré-Coeur. « Les faits sont graves, a insisté le juge. Le préjudice est considérable, de plus de 8 millions d’euros ».

Dans la nuit du 2 mars 2006, le Sacré-Coeur de Ploërmel avait été ravagé par les flammes. Une centaine de pompiers avaient lutté contre les flammes de 3 h à 8 h du matin. Quatre jeunes avaient alors été interpellés suite au sinistre, dont deux mineurs déjà jugés (NDLR : l’un a écopé de dix mois de prison, dont huit avec sursis et mise à l’épreuve, le second de quatre mois de prison avec sursis). Les deux majeurs, eux, ont comparu fin janvier devant le tribunal correctionnel de Vannes. Sur fond d’alcool et cannabis, l’un d’entre eux, âgé de 22 ans, avait allumé le feu et l’avait alimenté. Le sinistre était alors sans précédent. La population avait été choquée. Les conséquences de cet incendie criminel avaient frappé 680 scolaires, une soixantaine de professeurs et dix-sept salariés du collège contigu.

Deux ans après l’incendie, la ville a pansé ses plaies et construit un nouveau projet pour ce bâtiment. Le site accueillera un établissement pour personnes âgées dépendantes. L’ensemble des bâtiments sera conservé, c’était la volonté du conseil municipal. L’ancien couvent abritera dans le futur cent lits permanents, deux chambres d’hébergement temporaire et un accueil de jour de quatre places. Dans l’aile du Sacré-Coeur, trente-six lits seront dévoués aux personnes atteintes d’Alzheimer. Un jardin thérapeutique y verra également le jour. Ce projet s’articulera autour de petites unités. Le cloître pourrait être ouvert au public sur des plages horaires déterminées. Car c’est bien l’objectif de ce projet : refaire du Sacré-coeur un lieu de vie pour les Ploërmelais.

Dans la nuit du 2 mars 2006, le Sacré-Coeur de Ploërmel avait été ravagé par les flammes. Une centaine de pompiers avaient lutté contre les flammes de 3 h à 8 h du matin.

Ouest-France, 7 mars 2008

Suivant
Imprimer l'article

Le 2 mars 2006, l’ancien couvent du Sacré-Cœur de Ploërmel était ravagé par un incendie d’origine volontaire.