Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Grigny : Neuf personnes mises en examen pour des tirs sur des policiers
(Le 20 mars 2008)

Neuf personnes mises en examen pour des tirs sur des policiers à la Grande Borne

AP | 20.03.2008 | 12:35

Neuf personnes, dont six mineurs, ont été mises en examen pour "tentative d’homicide volontaire sur agent de la force publique en bande organisée" et "tentative d’incendie" mercredi soir à Evry (Essonne) dans le cadre de l’enquête sur des tirs sur des policiers dans la cité de la Grande Borne à Grigny, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Trois d’entre eux ont été écroués, quatre ont été placés sous contrôle judiciaire, et un dernier a été remis en liberté. Le plus jeune, âgé de 15 ans, a été placé en centre éducatif fermé.

Le 2 mars, des affrontements entre policiers et jeunes avaient débuté alors qu’un groupe s’en prenait à une boulangerie du quartier de la Grande Borne à Grigny (Essonne), tentant d’y mettre le feu. La caisse avait été volée. Lors de l’agression, cinq policiers avaient été blessés par des tirs de plombs.

"L’un d’entre eux avait été sérieusement touché au ventre. Sans son gilet pare-balles, il serait mort", indique-t-on de source judiciaire. "Nous pensons qu’une sorte de gros tube en carton rempli de poudre faisant office de bazooka a été utilisé pour cette agression". Selon le parquet d’Evry, les fonctionnaires sont tombés dans un "véritable guet-apens".

Lundi, près de 360 CRS et policiers avaient investi différents immeubles de la cité. Au total, 20 suspects avaient été interpellés. Onze ont été depuis remis en liberté. Deux témoignages anonymes, un échantillon d’ADN et les images des trois caméras de vidéosurveillance de la boulangerie ont servi à cibler des suspects, ajoute-t-on de source judiciaire. "Entre 20 et 30 personnes ont participé à cette attaque", selon le parquet d’Evry. "Il reste donc encore du monde à identifier et à interpeller".

AP

*************

Heurts à la Grande-Borne (Essonne)

Neuf mis en examen, dont trois écroués

jeudi 20 mars 2008, 10h54 | leparisien.fr

Neuf personnes soupçonnées d’avoir participé aux heurts du 2 mars dans la cité de la Grande-Borne (Essonne), où des policiers avaient été blessés par des tirs de plombs, ont été mis en examen mercredi soir, et trois d’entre eux écroués.

Sur un total de 20 interpellés, trois jeunes gens ont été placés sous mandat de dépôt, un mineur a été placé en centre éducatif fermé, cinq autres suspects ont été laissés en liberté, parmi lesquels quatre ont été placés sous contrôle judiciaire.

Le détail des charges pesant sur les uns et les autres et leurs âges n’a pas être communiqué.

Il y a eu au total 20 interpellations dans cette affaire, 19 lors d’une vaste opération de police lundi matin, qui a mobilisé plus de 300 policiers et CRS, et une autre mardi.

Un majeur avait été relâché lundi, la garde à vue de 10 autres personnes interpellées avait été levée mardi soir.

Le parquet d’Evry a ouvert mercredi matin une information judiciaire, principalement pour tentative d’homicide volontaire et violences volontaires avec arme sur personnes dépositaires de l’autorité publique, le tout en bande organisée.

L’instruction porte également sur des faits de vol, dégradations, l’incendie d’une voiture et la tentative d’incendie d’une boulangerie.

Le 2 mars, lors de l’agression, qualifiée de « guet-apens » par le ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie, cinq policiers avaient été blessés par des tirs de plombs, dont deux superficiellement, selon M. Pascal.

Selon des sources policières et judiciaires, les affrontements avaient débuté vers 16H00 alors qu’un groupe de jeunes s’en prenaient à une boulangerie du quartier de la Grande-Borne, à cheval sur Grigny et Viry-Chatillon, tentant d’y mettre le feu. L’un d’eux était parti en emportant la caisse enregistreuse.

Selon les mêmes sources, à l’arrivée de la police, les jeunes gens avaient pris la fuite avant d’être rejoints par une vingtaine d’autres personnes et deux coups de feu, vraisemblablement de fusil à pompe, chargé avec du plomb, avaient été tirés vers les policiers, qui avaient également été la cible de jets de projectiles, dont des bouteilles remplies de graviers.

Une voiture avait été incendiée.

Suivant
Imprimer l'article