Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Des nouvelles de l’instruction anti-terroriste de Vierzon
(Le 11 mai 2008)

Des nouvelles de l’instruction anti-terroriste de Vierzon

Depuis le 27 janvier 2008, deux personnes sont incarcérées sous le régime anti-terroriste. Obtenir des informations sur leur situation est long et difficile, c’est pourquoi ce texte qui n’a pas vocation a relayer la parole policière n’est écrit que trois mois plus tard.

Le 21 janvier 2008, deux personnes se font arrêter par la douane à Vierzon. Dans le coffre de leur voiture, selon la presse, la police trouve 2 kg de chlorate, de la documentation sur la fabrication d’explosifs et des plans de l’établissement pénitentiaire pour mineur de Porcheville. L’anti-terrorisme se saisit instantanément de l’affaire. Ils nient les accusations qu’on leur prête : « détention et transport d’engins explosifs en vue de commettre des attentats ». S’ensuit une garde-à-vue de 96H dans les nouveaux locaux de l’anti-terrorisme à Levallois et trois perquisitions avec prélèvements d’empreintes et de traces ADN. L’une des deux personnes se voit charger par la police de l’accusation d’une tentative d’incendie, durant la periode électorale, d’un vehicule de police garé devant le commissariat du 18e arrondissement. Les accusations sont uniquement basées sur des intentions qu’on leur prête. On est dans le domaine de la spéculation, alimenté par un fichage politique.

Les deux personnes arrêtées participent à des manifestations et des luttes avec les sans-papiers et les mal-logés.

Depuis trois mois, les deux camarades sont en détention provisoire, sous un régime « spécial », celui de détenu hautement surveillé (DHS : elles sont seules en cellule, mais ont accès aux promenades collectives).

L’administration pénitentiaire (AP) et la justice essaient de les casser, avec l’appui de leur régime spécial ou avec des moyens bien connus. Les permis de visites sont lâchés au compte-goutte sur convocation pour interrogatoire à la section antiterroriste du quai des orfèvres. Leur accès aux activités est toujours difficile et elles sont supprimées au moindre prétexte.

Aussi, l’AP s’enflamme pour une histoire de dessin. La personne incarcérée à la Maison d’arrêt pour femme de Fleury s’est faite transférée à Séquedin (près de Lille) pour avoir dessiné les murs qui l’entourent de « manière plutôt réaliste ». « Antécédents avec des plans », « terroriste », la prison se monte le chou : les dessins se transforment en plan d’évasion.

Egalement pour le second un transfert de Fleury à la prison de Chauconin (Meaux). Le motif officiel est une instruction concernant son tabassage par des détenus assez bêtes pour écouter les manipulations d’un maton qui a fait tourner la rumeur que le camarade était un nazi, un facho... Pratique souvent utilisée par l’AP pour monter les détenus les uns contre les autres. Ce motif de transfert n’est qu’un prétexte étant donné qu’il avait changé de bâtiment quelques jours plus tard.

La méthode du transfert fréquemment utilisée contre les prisonniers a souvent les mêmes conséquences : l’éloignement familial, la perte de relations avec les autres détenus, beaucoup moins de visite de l’avocat, la perte d’affaires et de courriers.

Ils sont incarcérés dorénavant dans des prisons toutes nouvelles, connues pour leur fonctionnement plus sécuritaire et atomisant, où les logiques de la surveillance sont plus aiguisées.

Alors que l’Etat cherche à nous séparer et à nous casser à grands coups de catégorisation et d’étiquette, la solidarité active avec les emprisonnés est indispensable.

Solidarité avec les détenus !

Solidarité avec les détenus

le dimanche 11 mai 2008 à 11h42 http://paris.indymedia.org/article.php3 ?id_article=99566

Suivant
Imprimer l'article