Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Arcachon : TIG ou amende au choix pour 30 pêcheurs
(Le 27 juin 2008)

27-06-2008 16:22 Métro

TIG ou amende au choix pour les pêcheurs

Le tribunal correctionnel leur a infligé hier soir la plus petite peine pour vol de poisson

“On fait de nous un exemple : on a agi sans violence, on s’est engagés à rembourser les supermarchés où on a pris le poisson distribué gratuitement, et on est condamnés, alors qu’ailleurs il y a eu des saccages ou des portes ouver­tes dans les stations-services !” s’est insurgé, hier soir, Nicolas Brun, l’un des trente pêcheurs convoqués devant le tribunal correctionnel hier matin, à la suite des opérations coups-de-poing menées les 22 et 23 mai derniers à la criée d’Arcachon et dans trois supermarchés du bassin.

Ils ont été condamnés pour “vol en réunion et extorsion”, après deux heures de délibéré, à des peines de quarante heures de travail d’intérêt général (TIG) ou à 500 euros d’amende. Dès la fin de l’audience, maître Pierre Blazy leur a conseillé d’interjeter appel sous dix jours : “Il manque des témoignages essentiels au dossier pour qualifier ces infractions”, a souligné sa consœur Catherine Carmouse. “Si on laisse faire, c’est la porte ouverte à des faits beaucoup plus graves”, a estimé le procureur, Thierry Ramonatxo, avant d’ajouter avoir choisi “les sanctions planchers, à la fois pédagogiques et réparatrices”.

Parmi les vingt-six prévenus présents hier, Thierry Dieu a annoncé aller en appel : “Nous n’avons jamais eu l’intention de voler. Nous n’avons tiré aucun bénéfice de cette action. C’est comme si on nous enlevait tout moyen de faire savoir pourquoi nous travaillons sans toucher de salaire !”

Suivant
Imprimer l'article