Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Centres de rétention : les crapules associatives qui ont répondu à l’appel d’offre
(Le 24 octobre 2008)

Centres de rétention : qui sont les candidats à l’aide aux étrangers

Le Monde, 23.10.08 | 14h53

Six associations ont répondu, mercredi 22 octobre, date limite du dépôt des candidatures, à l’appel d’offres lancé par le ministère de l’immigration pour intervenir auprès des étrangers placés en centre de rétention administrative (CRA) : la Cimade, qui était jusqu’à présent la seule intervenante, Forum réfugiés, France Terre d’Asile, l’Association service social familial migrants (Asfam), l’Ordre de Malte et Collectif respect.

Souhaitant en finir avec le "monopole" d’intervention de la Cimade, le ministère a renoncé à maintenir une mission d’ensemble qui serait assurée en concertation par plusieurs associations, choisissant d’éclater la mission en découpant le parc de CRA en huit lots distincts.

Portraits et motivations des candidats.

La Cimade

La Cimade a décidé de répondre à l’appel d’offres car elle se dit "déterminée à poursuivre son action auprès des étrangers en rétention", et ce pour l’ensemble des centres.

Elle souhaite ainsi montrer sa "volonté de maintenir le dialogue avec le ministre" qu’elle appelle toujours à revoir la réforme. Elle va d’ailleurs déposer, ce jeudi, avec neuf autres associations, un recours devant le Conseil d’Etat contre le décret du 22 août qui pose les termes de cette réforme.

"En l’état, explique son secrétaire général, Laurent Giovannoni, ce texte ne permet pas de poser les conditions d’une mission conjointe assumées à plusieurs associations. Conditions essentielles pour que soit garantie la défense des droits des étrangers retenus".

La Cimade a été contrainte de renoncer, pour l’heure, à mettre en oeuvre une "mission nationale cohérente assumée conjointement", comme elle le souhaite.

Forum Réfugiés

Forum Réfugiés est une association d’aide aux demandeurs d’asile dans la région lyonnaise. Elle est candidate pour deux lots allant de Lyon au pourtour méditerranéen.

"Le gouvernement a décidé la fin de l’exclusivité de la Cimade et ne reviendra pas dessus. Partant de là, il est de notre responsabilité d’association spécialisée de répondre. Il n’y a pas en effet des tonnes d’acteurs qui ont une légitimité à intervenir en rétention", explique Olivier Brachet, son directeur.

Celui-ci dit ne pas être opposé à une coordination avec la Cimade, mais "cela pourra s’organiser plus tard". "Cette coordination, insiste Olivier Brachet, il faut la négocier avec les intervenants qui auront été retenus par le ministère et la formaliser dans une convention hors appel d’offres".

France Terre d’Asile

Après avoir exprimé "toute sa solidarité" à la Cimade, et dit qu’elle ne postulerait pas en dehors de toute coordination avec elle, France Terre d’Asile a finalement décidé de se porter candidate sur deux lots, Nord et Est.

"Ces territoires ont été choisis pour éviter toute concurrence déplacée à l’égard de la Cimade", assure Pierre Henri, son directeur. "La coordination, soutient-il, il aurait fallu l’organiser avant de répondre à l’appel d’offres, ce qui nous aurait permis de déposer une réponse commune sur un ou plusieurs lots".

Reste qu’en l’état du décret et de l’appel d’offres, il était juridiquement très complexe, voire impossible, à plusieurs associations de déposer un dossier de candidature commun

L’Afssam

Service social spécialisé dans l’accueil et l’intégration des migrants, ayant des "compétences en droit des étrangers", l’Afssam a répondu à l’appel d’offres pour les deux lots recouvrant l’ensemble de la région parisienne.

"Dans notre dossier de candidature, nous avons précisé les conditions dans lesquels nous souhaitions intervenir. Notamment nous nous sommes prononcés pour qu’il y ait une coordination, et que nous puissions nous exprimer à l’extérieur sur ce qui se passe dans les centres", relève Christina Laruelle, son directeur.

L’Ordre de Malte

Organisation caritative catholique internationale, gérant dans plus d’une vingtaine de pays des centres de soins et des établissements hospitaliers, l’Ordre de Malte dispose, au-delà de sa vocation hospitalière, d’un pôle "aide à la famille" où elle accueille et prend en charge des déboutés du droit d’asile à qui elle propose une aide au retour.

Elle est candidate pour les lots de l’Ouest et du Nord de la France.

Si elle se dit "apolitique", elle assure que cela ne l’"empêche pas d’avoir une parole libre". Son secrétaire général, Alain de Tonquedec estime cependant qu’"une coordination, obligeant à chercher un consensus, n’est pas le meilleur moyen de mettre l’accent sur les points importants qui méritent d’être soulevés".

Collectif Respect

La candidature de Collectif Respect est pour le moins inattendue. Mercredi soir l’entourage de Brice Hortefeux, le ministre de l’immigration, affirmait n’avoir aucune information à son sujet, précisant que l’ouverture des dossiers de candidature aurait lieu mardi 28 octobre.

Selon nos informations, ce Collectif a été créé en 2003 au lendemain du match de football France-Algérie au cours duquel La Marseillaise avait été sifflée. Il a pour but de "promouvoir le respect dû à l’autorité légitime, et en particulier aux institutions et au président de la République".

Son président, Frédéric Bard, est membre de l’UMP Paris. Il est aussi chargé de mission au département Développement solidaire du ministère de l’immigration.

Suivant
Imprimer l'article