Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

TGV sabotés : « Mes clients contestent les accusations de terrorisme »
(Le 17 novembre 2008)

TGV sabotés : « Mes clients contestent les accusations de terrorisme »

Le Parisien | 17.11.2008, 08h06 | Mise à jour : 08h09

Les neuf membres de la « cellule invisible », ce groupe soupçonné d’avoir provoqué des dégradations contre des lignes TGV, ont été mis en examen pour des délits qualifiés de « terroristes » par la justice. Parmi eux, Betrand D. (22 ans) et Elsa H.(23 ans) (de Rouen), non poursuivis pour les dégradations, mais tout de même mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Pour leur avocate, Me Dominique Vallès, il s’agit d’accusations disproportionnées.

**********

Sabotage SNCF : un comité de soutien aux interpellés

Le Parisien, 17.11.2008, 23h16

Le comité de soutien aux personnes interpellées le 11 novembre dans l’enquête sur les « sabotages » contre le réseau SNCF va se constituer en association ayant pour but de leur fournir un « soutien moral et financier », a-t-il annoncé lors d’une réunion à Tarnac.

Environ 200 personnes ont participé lundi soir à une « assemblée » organisée dans la salle des fêtes par le comité de soutien, officiellement créé vendredi et qui prendra prochainement la forme d’une association dénommée « Comité de soutien aux inculpés de Tarnac », a constaté un correspondant de l’AFP.

« Notre objectif est double : d’une part créer du lien entre les inculpés, leurs avocats et leurs soutiens et d’autre part leur permettre de récolter des dons pour leur permettre de faire face aux frais de justice », a dit Michel Gillabert, président du comité de soutien.

Un proche de la communauté de Tarnac à laquelle appartenaient cinq personnes interpellées le 11 novembre, a par ailleurs déclaré, sous couvert d’anonymat : « leur garde à vue s’était passée dans les règles, même si l’un d’entre eux a subi quatorze interrogatoires en quatre jours et un autre un interrogatoire de plus de quatre heures ».

Selon lui, trois familles des personnes interpellées devraient par ailleurs faire le déplacement à Tarnac « samedi ou dimanche » pour « échanger avec les membres de la communauté » installée dans une ferme de la commune.

Les neuf membres du groupe soupçonné d’avoir provoqué des dégradations contre des lignes TGV ont été mis en examen samedi par un juge d’instruction pour des délits qualifiés de « terroristes » par la justice. Cinq d’entre eux ont été placés en détention provisoire.

Suivant
Imprimer l'article