Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Sabotage SNCF : demande de remise en liberté
(Le 29 novembre 2008)

Sabotage SNCF : demande de remise en liberté

LE MONDE | 29.11.08 | 13h04

Dans le huis clos de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris, les juges ont examiné, vendredi 28 novembre, les appels formulés par Julien Coupat, Gabrielle H., Manon G. et Benjamin R. de leur placement en détention provisoire. Incarcérés depuis le 15 novembre, ils représentent, avec Yldune L. - dont le recours sera examiné mardi 2 décembre -, le "noyau dur", selon l’expression du parquet, des neuf jeunes de Tarnac (Corrèze) arrêtés le 11 novembre. Sous le coup d’une accusation d’association de malfaiteurs à visée terroriste, ils sont soupçonnés d’avoir commis des dégradations sur des lignes ferroviaires "dans une perspective d’action terroriste" (Le Monde du 21 novembre).

Leur avocate, Irène Terrel, a plaidé leur remise en liberté pendant le temps de l’instruction en dénonçant une "affaire instrumentalisé de façon politique et médiatique" contre des jeunes "qui avaient pour idéal de pouvoir mener une vie différente et d’avoir un regard critique sur notre société". Le parquet a requis leur maintien en détention. Au même moment, à l’extérieur, une cinquantaine de personnes qui scandaient "libérez les prisonniers" étaient expulsées du palais de justice par des gendarmes et des CRS venus en nombre.

L’appel de Gabrielle H. contre le mandat de dépôt dont elle fait l’objet à Fleury-Mérogis ayant été enregistré comme une demande de mise en liberté, le juge des libertés et de la détention (JLD) avait décidé, mercredi 26 novembre, de sa libération sous contrôle judiciaire, comme c’est le cas pour quatre autres jeunes interpellés mais non poursuivis pour les dégradations des voies SNCF. Le parquet s’y est aussitôt opposé par référé. Le 27 novembre, le domicile de cette femme de 29 ans, à Tarnac, a de nouveau été perquisitionné par la police.

"Aucun permis de visite n’a encore été délivré pour les familles", s’insurge Me Terrel, qui dit avoir reçu des "centaines" de lettres de soutien en faveur de ses clients. "La présomption d’innocence est bafouée", ajoute-t-elle. Les juges rendront leur décision mardi 2 décembre.

**********

La région du Limousin coupe les vivres à l’épicerie de Tarnac

La petite épicerie de Tarnac (Corrèze) a vu ses subventions gelées. La commission permanente du conseil régional du Limousin, réunie le 21 novembre, a décidé à l’unanimité de ses 28 membres d’ajourner la demande d’aide à la création d’entreprise faite par "le magasin général" de Tarnac, d’un montant de 4 000 euros. Cette décision fait suite à l’initiative d’un élu du MoDem, Jean-Jacques Belezy, arguant que le dossier avait été présenté par des "personnes mises en cause dans l’affaire du sabotage des lignes TGV". L’un des trois gérants, Benjamin R., fait partie des personnes interpellées le 11 novembre et incarcérées. L’épicerie avait obtenu une première subvention de 1 000 euros le 26 juin. Des élus locaux du plateau des Millevaches s’émeuvent du gel de ce dossier.

********

Suivant
Imprimer l'article