Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Montpellier : Peine confirmée en appel pour les incendiaires des présidentielles
(Le 24 mars 2009)

Montpellier : Peine confirmée en appel pour les incendiaires des présidentielles

La cour d’appel a rendu un verdict identique à celui du tribunal correctionnel dans l’affaire des incendiaires des présidentielles à Montpellier.

Rappellons que trois personnes étaient accusées de tentatives d’incendies de véhicules le soir du premier tour de ces élections agitées. Une quatrième était accusée de transport de substances incendiaires, lorsqu’il avait voulu s’enfuir avec des allume-barbecue le jour de la perquisition.

Cette dernière personne a écopée de trois de prison avec sursis, tandis que deux ont été condamnées à six mois de prison avec sursis. La quatrième, présentée comme le leader et qui avait effectué deux mois d’enfermement en préventive, a finalement écopé de ces deux mois fermes, ainsi que de 10 mois de sursis.

A signaler que ces trois personnes n’ont été condamnées que pour des tentatives d’incendies et non pour des incendies concrets. Le ou les auteurs des incendies de la rue Fabre qui ce jour là avaient vu une dizaine de véhicules partir en fumée, n’ont jamais été identifié. Cela s’explique peut-être par le fait que les enquêteurs ont tout misé sur la piste qu’ils avaient sous la main, justifiant par là, à l’époque, la mise en détention provisoire. L’instruction a dû finalement reconnaître qu’il était surprenant qu’une personne commette des incendies dans une rue vidéo-surveillée alors que la perquisition révèlera un plan des caméras de la ville, et que cette personne puisse au même moment porter un sac couleur claire dans cette rue incendiée, tout en étant arrêtée trois quartiers plus loin, à la même heure, avec un sac à dos de couleur sombre...

Reçu par mail le Lun 23 mars 2009 16:43

Suivant
Imprimer l'article