Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

St Nazaire : La prison avec sursis pour les opposants à l’aéroport de Nantes
(Le 29 avril 2009)

St Nazaire : La prison avec sursis pour les opposants à l’aéroport

Presse Océan, mercredi 29 avril 2009

Loin de leurs bases, à Saint-Nazaire, les quelque 300 manifestants anti-aéroport étaient décidés à se faire entendre, à déployer à nouveau leurs arguments contre ce « projet dépassé, et du passé ». À l’intérieur, il y a Rodolphe et Christian, deux militants interpellés après avoir essayé d’empêcher les premiers carottages sur le site du futur aéroport. C’était le 14 janvier dernier. Les deux prévenus demandent la relaxe, au nom « d’une colère légitime ». Pendant l’audience, ils ont reçu le soutien de huit témoins. Des agriculteurs qui luttent à leurs côtés, le maire de Notre-Dame-des-Landes, un prof d’université ou Yannick Jadot, tête de liste des Verts aux Européennes.

L’idéologie

Ce dernier souligne « la nécessité d’arbitrer les grands projets publics en intégrant leur prix pour l’environnement ». Des propos de... Nicolas Sarkozy prononcés en octobre 2007. Et Yannick Jadot de conclure : « Ils n’ont fait qu’appliquer la parole du président de la République ». Un trait d’ironie qui conclue les différentes diatribes contre ce projet de 1 400 hectares extrêmement gourmand en terres agricoles. « Ils sont accusés d’avoir volé 20 kg de terre. Il faut savoir qu’un hectare ça représente 50 millions de tonnes », dit un exploitant à la barre. « Il n’appartient pas à la justice de juger le bien-fondé du projet », rétorque la vice-procureure. Car il y a aussi les faits, « dont la matérialité n’est pas contestée ». Vol de terre, rébellion, dégradations et refus de prélèvement ADN. Les avocats de la défense ont quant à eux pointé du doigt l’acte militant, « l’idéologie ». Surtout, ils ont plaidé la légitime défense. « Ils voulaient rendre la terre à la terre, empêcher qu’elle soit spoliée ».

Dans la légalité

Le tribunal n’en a pas tenu compte en condamnant Rodolphe et Christian a quatre mois de prison avec sursis, dont deux pour le refus de prélèvement ADN. Des peines lourdes qui ne feront « qu’attiser la colère alors que nous devons lutter dans la légalité », dixit Jean-Paul Naud, maire de Notre-Dame-des-Landes. À l’issue de l’audience, les deux hommes ont assuré que ce verdict « n’entachera pas notre détermination ». « On fera de la prison ferme s’il le faut », ont-ils déclaré. Les militants ont annoncé qu’ils se rendraient dès ce matin sur le site du futur aéroport où se déroulent des sondages géotechniques.

Suivant
Imprimer l'article