Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : du sursis requis pour les manifestants des "Feux de la révolte" (24 janvier à Barbès)
(Le 7 mai 2009)

Sept étudiants jugés pour une manifestation pro-Julien Coupat

LE MONDE | 07.05.09 | 14h28

Sept étudiants présentés comme membres du "mouvement autonome" ont été jugés, mercredi 6 mai, à Paris pour "refus de dispersion" et "participation à une manifestation non autorisée", le 24 janvier, en faveur de Julien Coupat [ndnous : en fait c’était la manif à Barbès "Les feux de la révolte" avec un objet de solidarité bien plus ambitieux], incarcéré depuis novembre 2008, dans l’affaire des sabotages à la SNCF. "Il y avait des cagoules ? Des vociférations ?", a interrogé la procureure, qui a requis "une peine qui ne dépassera pas le sursis". Les prévenus se sont décrits comme des témoins. Irène Terrel, leur avocate - et celle de Julien Coupat - a dénoncé une "incrimination qu’on n’utilise qu’en des temps troublés". "Un sursis pour se promener dans la rue, c’est énorme, a-t-elle ajouté. Ils ne sont accusés ni de violence, ni d’outrage ou de rébellion, de rien." Décision le 10 juin.

Suivant
Imprimer l'article