Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Sommet Otan à Strasbourg : les 3 camarades de Tours seront rejugés
(Le 7 mai 2009)

Sommet Otan : 3 manifestants rejugés

AFP, 07/05/2009 | Mise à jour : 11:42

Trois jeunes manifestants anti-Otan libérés mardi par le tribunal correctionnel de Strasbourg à la suite d’un vice de procédure vont être rejugés, a-t-on appris aujourd’hui auprès du procureur de la République.

Les poursuites pour détention de substances incendiaires ont été annulées "pour un motif de pure forme mais ça n’enlève rien au problème", a déclaré à l’AFP le procureur Jacques Louvel en indiquant que le parquet allait les citer une seconde fois. "On a considéré que le tribunal n’était pas valablement saisi. Mais une fois l’erreur de frappe (dans la citation initiale) rectifiée, le tribunal pourra juger sur le fond", a-t-il ajouté.

Selon M. Louvel, ils devraient être rejugés "d’ici deux à trois mois". Mardi, le tribunal avait prononcé la nullité des poursuites engagées à l’encontre de ces trois jeunes Tourangeaux. Les juges avaient constaté des imprécisions dans la citation rédigée par le parquet, notamment l’absence de référence aux articles de loi relatifs à l’infraction, et avaient conclu que le tribunal n’avait pas été correctement saisi.

Détenus depuis un mois, ces trois jeunes de 19, 23 et 26 ans avaient été remis en liberté dans la soirée.

A l’audience, la représentante du ministère public avait requis à leur encontre entre 10 et 12 mois de prison ferme. Selon la magistrate, les trois anti-Otan avaient acheté ces produits incendiaires en vue de fabriquer des cocktails molotov, ce que les prévenus avaient nié.

Ils avaient été interpellés sur le parking d’un supermarché de la banlieue de Strasbourg le 3 avril, veille de la manifestation anti-Otan, alors qu’ils venaient d’acheter quatre bouteilles de pétrole et d’alcool à brûler. Ils avaient été dénoncés par les vigiles du magasin.

Joint par l’AFP, l’un de leurs avocats, Me Eric Lefebvre, a indiqué pour sa part que "le contrôle qui a présidé à leur arrestation est totalement irrégulier" et pose un véritable "problème de fond". "Au moment de leur interpellation, ils n’avaient rien fait", a estimé Me Lefebvre.

Suivant
Imprimer l'article