Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

A propos de quelques arrestations à Paris le 14 juillet
(Le 21 juillet 2009)

A propos de quelques arrestations à Paris le 14 juillet

Dans la nuit du 13 au 14 juillet, quatre compagnon/nes ont été arrêtées aux alentours d’un véhicule prenant feu. ils/elles sont accusés de « dégradation du bien d’autrui par un moyen dangereux ». Pendant leurs 48 heures de garde-à-vue où ils n’ont rien déclaré, ils ont également refusé de se soumettre au prélèvement ADN, à la prise d’empreintes digitales et aux photographies. Pour cela ils sont aussi inculpés. Ils ont été transférés au dépôt pour être jugés en comparution immédiate le lendemain. Mais la juge ayant demandé une expertise de plus, le procès est remis en octobre 2009. En attendant, ils/elles sont placés sous contrôle judiciaire et doivent pointer une fois par semaine.

La culpabilité comme l’innocence appartiennent à la langue des keufs et des juges et quoiqu’il en soit il n’est pas question de pleurer sur le sort d’une voiture qui crame. De la même façon, il sera toujours plaisant de voir des individus refuser d’alimenter les fichiers de l’ennemi.

Malgré la grisaille de la répression il y aura toujours des lucioles. Le problème ce ne sont pas les lucioles mais bien la nuit.

Les individus en question

[Texte trouvé à Paris le 20 juillet 2009]

Suivant
Imprimer l'article