Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Rennes : condamnation d’un bloqueur de l’Université et de son refus de prélèvement ADN
(Le 30 juillet 2009)

Ouest France, jeudi 30 juillet 2009

70 heures de travail d’intérêt général pour le bloqueur de l’université Rennes 2

Cet après-midi, au tribunal correctionnel de Rennes, comparaissait Antoine, un Rennais de 21 ans. La justice lui reprochant, en avril dernier, d’avoir participé à la dégradation de la porte d’entrée vitrée de la présidence de l’université Rennes 2. Mais aussi, après son interpellation, d’avoir refusé un test ADN.

Soutenu par une quarantaine de jeunes (étudiants et non étudiants), Antoine a nié être l’auteur des dégradations.

Le procureur a requis 4 mois de prison avec sursis et le tribunal l’a condamné à 70 heures de travail d’intérêt général pour les dégradations ainsi qu’à une amende de 230 € pour le refus du test ADN. Il devra, en outre, verser 5 035 € à la présidence d’université qui s’était porté partie civile. Somme correspondant aux travaux de réparation de la porte vandalisée.

Suivant
Imprimer l'article