Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Strasbourg/Otan : prison ferme confirmée en appel pour un jeune Allemand
(Le 20 août 2009)

Sommet de l’Otan : prison ferme confirmée en appel pour un jeune Allemand

L’Alsace, le 19/08/2009 à 16h47

La cour d’appel de Colmar a confirmé ce mercredi la condamnation à six mois de prison ferme d’un jeune Allemand pour « rébellion à agent et attroupement » lors d’une manifestation contre le sommet de l’Otan en avril à Strasbourg.

La cour a en outre porté de deux à cinq ans l’interdiction de territoire contre Matthias Steinke, un Berlinois de 30 ans qui a participé le 3 avril à une manifestation géante qui avait dégénéré.

Selon son avocate, Me Monique Sultan, il a été condamné, en comparution immédiate puis en appel, pour avoir lancé des pierres en direction de CRS, « ce qu’il conteste ». Il a fait citer deux témoins qui ont indiqué qu’il faisait partie d’un groupe pacifiste bloqué par des « autonomes » qui s’en prenaient alors à des installations dans le quartier du port du Rhin où un hôtel a été incendié, a-t-elle ajouté. Le prévenu a été maintenu en détention.

Un autre Allemand, un étudiant âgé de 25 ans, jugé pour des jets de pierres le 2 avril sur trois policiers, a été provisoirement remis en liberté le 5 août par la cour d’appel de Colmar devant laquelle il devra comparaître le 19 octobre. Les magistrats ont demandé un supplément d’information considérant qu’il a été jugé sur un dossier où ne figure que le témoignage d’un des trois policiers concernés.

Selon le groupe de soutien juridique Legal Team, cinq anti-Otan (trois Allemands et deux Français) demeurent toujours emprisonnés quatre mois après les violences survenues en marge du sommet de l’Otan.

Suivant
Imprimer l'article