Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Toulouse : Un agent d’ERDF-GRDF mis à pied pour avoir revendiqué le rétablissement de l’électricité à des Rmistes
(Le 21 janvier 2010)

(Voilà un exemple de comment une brève peut sembler sympathique et puis, lorsqu’on creuse un peu plus, on s’aperçoit qu’on a encore confondu la forme et le fond. Illustration avec cet agent EDF sanctionné parce qu’il rétablit l’électricité à des pauvres, puis son texte qui explique le pourquoi (une opération syndicale pour améliorer l’Etat).)

Un agent CGT d’ERDF-GRDF mis à pied 21 jours pour avoir revendiqué le rétablissement de l’électricité à des Rmistes

AP | 21.01.2010 | 13:43

Un agent de l’unité clients fournisseurs d’ERDF-GRDF Midi-Pyrénées a été mis à pied 21 jours pour avoir revendiqué le rétablissement de l’électricité à un couple de Rmistes et leur petite fille de deux ans, a-t-on appris jeudi auprès de l’agent en question.

Dans le cadre de la procédure disciplinaire engagée contre lui en octobre dernier, Dominique Liot, monteur branchement et militant CGT, était menacé de 28 jours de mise à pied pour avoir revendiqué en avril 2009 une opération façon "Robin des Bois" de rétablissement de l’électricité dans une maison squattée par un couple de Rmistes et leur petite fille.

"Le fait que la direction prononce une mise à pied de 21 jours alors que la sanction qui avait été votée au départ était de 28 jours montre, selon nous, qu’elle n’est pas à l’aise sur la logique de sanctionner mais aussi de couper l’électricité", a déclaré à l’Associated Press M. Liot qui a annoncé son intention de faire appel en interne et d’aller si nécessaire "jusqu’aux prud’hommes".

"On a d’un côté Henri Proglio, le patron de Veolia et d’EDF, qui touche deux salaires, et en face une famille de Rmistes qui ne peut pas payer ses factures et à qui on coupe le jus. Nous sommes dans une société de plus en plus injuste", a-t-il dénoncé.

Cette opération avait été menée lors du conflit qui avait opposé au printemps dernier la direction régionale de ces filiales de distribution d’EDF et GDF-Suez à certains agents opposés au projet d’externalisation de plusieurs services et de suppressions de sites. A l’issue de ce mouvement social mené de mars à mai 2009, qui s’était soldé par le retrait du projet et l’embauche de 66 personnes, la direction régionale avait déclenché plusieurs procédures disciplinaires.

*******

Pourquoi j’ai rebranché un foyer mauvais payeur d’EDF

Par Dominique Liot | Syndicaliste | 25/01/2010 | 11H27

La sanction est tombée : 21 jours de mise à pied, conclusion de la procédure disciplinaire engagée contre moi. Mon tort ? Avoir publiquement revendiqué, au nom de la CGT Energie Midi Pyrénées, la remise de l’électricité à un couple de RMIstes avec une petite fille de 2 ans.

Cette opération « Robin des Bois » est avant tout un acte humain de résistance qui donne sens à une vision du service public à l’opposé de sa privatisation, sa logique essentiellement financière, son lot d’externalisations dont sont victimes l’ensemble des usagers devenus « clients ».

Le but des collectifs Robin des Bois n’est pas seulement de rétablir le courant aux personnes démunies qui en sont privées, mais d’agir aussi en amont et en aval pour une solution pérenne. C’est pourquoi le lien avec les associations est essentiel.

Rétablir le courant, c’est défendre une conception du service public

Jean-Marc, responsable du Groupe Amitié Fraternité de Toulouse a expliqué lors de mon conseil de discipline l’intérêt de ces actions. Rétablir le courant a permis par exemple à des SDF de ne pas tomber au fond du trou, d’être accompagnés dans leur projet.

Au final, ils se sont même vus offrir une solution durable en terme de logement et d’alimentation électrique, en lien avec la collectivité et les services sociaux concernés.

Cela est évidemment en phase avec les sept semaines de grève du printemps dernier. Nous demandions alors -et avons fini par gagner- le retrait du projet d’externalisation des activités des monteurs (qui raccordent et travaillent sur le réseau).

Notre mouvement a aussi permis l’arrêt des suppressions de sites de proximité et la sauvegarde de 129 emplois, en plus de 66 embauches.

Dans le cadre de ce conflit, médiatiser la remise en service d’une installation au profit de ce jeune couple avait deux buts essentiels. Répondre à l’urgence de leur situation et illustrer le sens que nous donnons à la notion de service public. Cela a été discuté au sein de la CGT, valorisé par notre Fédération et voté en AG des grévistes.

L’urgence : une loi pour interdire les coupures de courant

Robin des Bois, solidarité, don de soi : j’assume les trois. Coté direction -au passage le salaire de Proglio est une insulte aux usagers- la gêne apparaît devant les désastres liés aux coupures pour impayés de personnes démunies.

« Quand même, on est des êtres humains ! », m’a récemment répondu un haut responsable à qui je venais d’expliquer pourquoi j’avais refusé de couper le courant à une personne âgée dans une situation déplorable.

L’urgence face à la précarité énergétique, c’est une loi qui instituerait la tranche sociale gratuite et l’interdiction des coupures de personnes démunies. En augmentant le tarif des grosses consommations, l’écologie rejoindrait le social. Les grands acquis sociaux sont nés d’actes de résistance

Des résistant-e-s au fascisme et ses serviteurs aux résistant-e-s aux OGM en passant par les militantes du Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception (MLAC), l’évolution du droit a toujours été précédée par des actes de résistance. Parfois illégales, toujours légitimes.

EdF-GdF est née du programme du Conseil National de la Résistance. Il est bon de le rappeler.

A l’heure où la privatisation en cours et les méthodes de « management » renouent avec les pires traditions du passé.

A l’heure où l’objectif essentiel est de verser des dividendes aux actionnaires d’EDF Société Anonyme et de GDF / Suez. Cette entreprise dans laquelle le public ne représente plus que 35% du capital... Merci au passage à M. Sarkozy d’avoir si bien vendu son mensonge de ne « jamais privatiser EDF et Gaz de France » !

J’aime mon métier

Personnellement, cela fait plus de 25 ans que je travaille sur les chantiers où je me sens bien car en contact avec les gens et sans hiérarchie sur le dos.

J’aime mon métier. J’adore relever les fils après une tempête. Là, le service public et les techniciens reprennent leurs droits sur les financiers en tous genres avec leurs objectifs, normes et chiffrages absurdes. Et la récompense première vient toujours des usagers et du sens donné au travail.

Je vais faire appel de cette sanction. Elle ne freinera pas mes engagements pour une société solidaire et respectueuse de la planète.

21 jours, cela laisse du temps pour mon activité syndicale (délégué du personnel et secrétaire de CHSCT) et l’organisation collective des Robin des Bois.

Tous mes remerciements à ceux et celles qui m’ont soutenu, ami-e-s, associations, syndicats, partis de gauche sans exception, élu-e-s, dont le président du Conseil Général de la Haute Garonne. C’est dans cette diversité que se trouve le gage des succès à venir.

Résister, c’est créer !

Suivant
Imprimer l'article