Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

2e jour d’audience : Le procès de l’incendie du centre de rétention de Vincennes suspendu jusqu’à demain
(Le 26 janvier 2010)

Compte-rendu 2e journée du procès des inculpés de Vincennes

Indy Nantes, mardi 26 janvier 2010

2ème journée du procès toujours pas commencé des inculpés de Vincennes.

La juge Dutartre ayant refusé de se dessaisir elle-même (rappelons qu’elle a déjà été juge d’instruction dans une affaire d’un des inculpés et qu’elle l’avait déjà envoyé en prison), les avocats ont alors fait une demande officielle de récusation auprès du président de la Cour d’Appel. L’audience a donc encore une fois été suspendue, en attendant la réponse, et reprendra demain à 13h30. Encore une fois de nombreuses personnes étaient venues en solidarité et comme hier la plupart n’a pas pu rentrer. A la fin de l’audience, les personnes solidaires qui criaient "liberté avec ou sans papiers"ont été très rapidement et violemment poussées vers l’extérieur. Une personne a été arrêtée.

Soyons nombreux demain à 13h30 pour que Nadir Autmani, encore incarcéré, soit libéré et pour exiger la relaxe de tous les inculpés.

Fermeture des centres de rétention ! Liberté de circulation et d’installation pour tous !

********

Le procès de l’incendie du centre de rétention de Vincennes est suspendu

Le Parisien 26.01.2010, 16h50

Le déroulement du procès de l’incendie du centre de rétention administratif (CRA) de Vincennes en juin 2008 est menacé. Mardi, la seconde demi-journée du procès des incendiaires présumés a été interrompue après cinq minutes d’audience. Le dossier n’a toujours pas été étudié.

La défense d’un des prévenus veut en effet changer de présidente de la 16e chambre correctionnelle du tribunal de Paris arguant qu’elle s’était prononcée sur son placement en détention en 2005. Mais Nathalie Dutartre refuse de se destituer.

« Avoir à juger dans une affaire distincte ne suffit pas à prouver l’impartialité du juge », a considéré la présidente dans sa décision rendue à l’ouverture de l’audience.

L’avocate du prévenu, soutenue par l’ensemble de la défense, souhaite récuser coûte que coûte la présidente. Elle a déposé une demande en ce sens auprès du premier président de la cour d’appel ainsi qu’une demande d’ajournement du procès.

Associations et forces de l’ordre

L’audience doit reprendre mercredi à 13h30. Les parties devraient alors être informées de la décision du 1er président de suspendre ou non les débats le temps de statuer sur la demande de récusation. Mais cette procédure peut prendre plusieurs jours à plusieurs semaines.

Même dans le cas où les débats ne seraient pas suspendus, l’incertitude pèse sur la suite du procès qui a débuté lundi après-midi et n’est pas censé se prolonger au-delà de mercredi. L’examen du dossier n’a même pas été entamé.

Mardi, la tension était toujours palpable entre les dizaines de personnes venues, comme lundi, soutenir les prévenus à l’appel de diverses associations (MRAP, Gisti, LDH, Solidaires...) et les forces de l’ordre encadrant l’audience.

Dix étrangers en situation irrégulière sont poursuivis pour avoir participé à l’incendie du Centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes le 22 juin 2008 au lendemain du décès, dans des conditions obscures, d’un Tunisien de 41 ans retenu au CRA.

Suivant
Imprimer l'article