Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Arrestations à Paris : des nouvelles
(Le 17 février 2010)

ARRESTATIONS A PARIS : DES NOUVELLES

Indy Nantes, mercredi 17 février 2010 - 14:49 par m

Hier après-midi mardi 16 février, une nouvelle personne a été arrêtée chez elle vers 15 heures, son domicile a été perquisitionné dans la foulée et elle a ensuite été placée en garde-à-vue au 36 quai des Orfèvres, avec les autres arrêtées le jour précedent.

Hier après-midi mardi 16 février, une nouvelle personne a été arrêtée chez elle vers 15 heures, son domicile a été perquisitionné dans la foulée et elle a ensuite été placée en garde-à-vue au 36 quai des Orfèvres, avec les autres arrêtées le jour précedent.

Une autre personne aurait été arrêtée dans la soirée mais on n’a pas eu de confirmations, prudence donc sur cette info.

Plusieurs personnes sont sorties de garde-à-vue sans aucune charges contre elles. L’une, Hélène, est sortie dès le lundi soir, elle a publié son témoignage.

Deux autres personnes arrêtées le lundi matin ont été libérées le mardi dans la soirée, également sans charges retenues.

On a appris aussi que plusieurs domiciles de parents de gens arrêtés lundi matin avaient également été perquisitionnés le lundi dans la foulée.

Au cours des perquisitions, les flics ont embarqué des ordinateurs, des tracts et semblaient rechercher des habits particuliers.

En garde-à-vue, les questions concernaient surtout les actions de solidarité qui ont eu lieu depuis deux mois en lien avec le procès de l’incendie du centre de rétention de Vincennes : balades, occupations d’entreprises participant à la machine à expulser (Air France, Carlson Wagonlits), sabotages de distributeurs de billets...
Devant le refus de plusieurs personnes de donner leur ADN, les flics ont essayé de le prélever sur des mégots de cigarettes et sur des habits. Il semble que le refus ADN ne soit pas retenu comme charge, au moins contre ceux qui ont été libérés.

Donc pour faire un récapitulatif (qui n’est peut être pas exhaustif) : six personnes et autant de domiciles ont été perquisitionnés lundi matin plus une personne arrêtée mardi et son domicile perquisitionné. Sur ces sept personnes arrêtées, trois ont été libérées (une lundi soir et deux mardi soir).

D’apres une depêche de l’AFP de ce matin : quatre personnes seraient déférés devant le parquet ce mercredi matin en vue d’être éventuellement mises en examen pour "dégradations et destructions de biens en réunion" et "destructions de biens par substance explosive et incendie". Le parquet a requis leur placement sous contrôle judiciaire. On en saura sans doute plus bientôt.

Un rassemblement en solidarité avec les personnes arrêtées et avec les actes qui leur sont reprochés a eu lieu hier à 17h30 à Château-Rouge, regroupant 80 personnes. Devant le gros dispositif de flics qui semblaient prêts à encercler dès qu’un tract ou une banderole surgiraient, les gens ont préféré se disperser et se retrouver quelques minutes plus tard à Strasbourg-Saint-Denis. Ensuite, un peu moins nombreux, on est tous partis en manif sauvage vers Chateau-d’eau et République aux cris de "Liberté pour tous, avec ou sans-papiers" et "Flics, porcs, assassins", avant de se disperser, lorsque le dispositif de flics nous avait retrouvés et tentait de nous rejoindre en courant. Il n’y a eu aucune arrestation.

On lâche rien, espérons qu’il y aura d’autres initiatives dans les jours qui viennent en solidarité avec les personnes arrêtées et avec les idées qu’on défend, en discours et en actes.

Liberté pour tous, avec ou sans papiers. Destruction des centres de rétention.

Suivant
Imprimer l'article