Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Emeutes d’octobre : trois jeunes libertaires jugés aujourd’hui à Lyon
(Le 18 janvier 2011)

Emeutes d’octobre : trois jeunes jugés aujourd’hui à Lyon

Le Progres, 18.01.2011 02h01

Pour les groupuscules d’extrême-gauche, ce sont des « compagnons libertaires et antifascistes ». Pour la mère de l’un des trois jeunes qui va comparaître aujourd’hui au tribunal correctionnel de Lyon, il s’agit simplement d’un étudiant tranquille, peut-être un peu plus engagé que la moyenne. Mais c’est surtout son fils. Ces trois Lyonnais sont poursuivis par la justice dans le cadre des événements du mois d’octobre à Lyon qui avaient enflammé la ville. On ne leur reproche pas des tirs de projectiles ou des dégradations comme cela a été souvent le cas pour les autres jeunes jugés en comparution immédiate, mais le fait d’avoir « participé à un attroupement armé ». Le vendredi 22 octobre, des manifestants se dirigent vers Perrache pour soutenir des cheminots piquets de grève. Ce même 22 octobre où se sont produits dans le quartier d’Ainay, des affrontements violents entre mouvances d’extrême-droite et anarchistes.

A Perrache, les policiers arrêtent huit jeunes considérés comme « anarcho-libertaires ». Parmi eux, Benoît (1), 21 ans, étudiant. "Les policiers ont déclaré avoir trouvé des bâtons mais ils ont été ramassés sur place et personne ne s’en est servi" affirme un membre de la Coordination des Groupes Anarchistes(CGA)

« Mon fils ne milite dans aucun groupe, plaide Laura, sa mère, bouleversée à l’idée que son enfant passe devant un tribunal. Nous l’avons élevé comme un citoyen du monde, dans le respect des droits de l’homme. Il est très calme, végétarien depuis 10 ans et pacifiste. Lui dans une ‘bande armée’, non, c’est de la pure invention. Cet après-midi-là, il manifestait, c’est tout. On a juste trouvé sur lui un sac à dos avec deux tringles à rideaux en alu ». Placé en garde à vue, le fils retrouvera sa mère le samedi soir, fatigué, amaigri et essoufflé : « Il est asthmatique, et n’a pu prendre son médicament que je lui avais apporté. Il n’a pris qu’un verre de jus d’orange et des biscuits. » Depuis Benoît a repris ses études et a passé ses examens mais il n’est plus le même, avoue Laura. L’étudiant pacifiste s’est mué en » rebelle » : « Il a un rejet viscéral de l’uniforme, il porte l’injustice en lui. » Sa mère se rendra cet après-midi au palais de justice pour soutenir son fils.Un appel au rassemblement devant le TGI a été lancé par la CGA tandis que le collectif du 21 octobre regroupant une quarantaine d’organisations, dénonce dans un communiqué « l’acharnement d’une justice d’exception ».

(1) Prénom d’emprunt


3 mois de prison avec sursis requis à l’encontre de 3 jeunes

Lyon Mag, 18-01-2011

3 mois de prison avec sursis ont été requis à l’encontre de trois jeunes appartenant à la mouvance anarchiste. Ils étaient jugés mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Lyon pour leur participation présumée aux émeutes du mois d’octobre dans le centre-ville en marge des manifestations contre la réforme des retraites. Le jugement a été mis en délibéré au 24 février.

Suivant
Imprimer l'article