Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Le commissariat de Montreuil se fout de notre gueule
(Le 28 février 2011)

Le commissariat de Montreuil se fout de notre gueule

Indy Paris,lundi 28 février 2011

Hier, c’est à dire dimanche 27, en début d’après midi, les flics ont arrêté un camarade à porte de montreuil alors qu’il protestait contre l’interpellation d’un biffin. Ils ont prétexté d’un fumigène qui avait été allumé pour dire qu’il avait voulu l’utiliser contre leur véhicule. Les camarades qui étaient présents lors de l’arrestation ont clairement vu les flics le tabasser dans leur camionnette, et ces derniers ont donc inventé pour se justifier qu’il avait voulu se rebeller.

Ce matin, nous sommes allés à une vingtaine au commissariat pour s’informer sur son sort et réclamer sa libération, et les flics nous ont certifié qu’ils l’avaient libéré la veille à 23h30. Nous avons eu du mal à y croire étant donné que le camarade ne nous avait donné aucune nouvelle, alors même que son portable était allumé et sonnait. Nous étions encore dans le commissariat quand nous avons reçu un message de lui qui nous disait qu’il était sorti. Nous sommes alors partis, assez méfiants tout de même, et sommes restés à proximité du commissariat. Nous avons appris peu après par l’avocate de notre camarade qu’il était encore en garde-à-vue. Les flics se sont tout simplement servis du téléphone de notre camarade pour faire de l’intox.

Nous sommes alors retournés assez énervés au commissariat, et avons incendié le commissaire local, qui était manifestement gêné. Le camarade a été relâché une heure après, au bout d’une vingtaine d’heures de garde-à-vue. Nous ne savons pas exactement quelles seront les suites de cette histoire.

Suivant
Imprimer l'article