Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Marseille/Paris : nouvelles rafles de migrants tunisiens
(Le 28 avril 2011)

Des immigrés tunisiens arrêtés à Paris et Marseille

nouvelobs, 28/04/11 11:06

Les deux opérations se sont déroulées vers 21h, alors que des associations venaient en aide aux migrants réfugiés dans des parcs.

A Marseille et Paris, la police a effectué dans la soirée de mercredi 27 avril des opérations dans lesquelles des dizaines d’immigrés tunisiens ont été arrêtés.

Quinze migrants tunisiens, arrivés pour la plupart récemment d’Italie et réfugiés dans un square proche de la gare de Marseille, ont été interpellés mercredi soir et placés en garde à vue, a-t-on appris de source proche de l’enquête et auprès de la Ligue des droits de l’homme.

L’opération s’est déroulée entre 21h et minuit au moment où des associations tentaient de trouver des solutions d’hébergement pour plusieurs dizaines de migrants installés dans ce square dans des conditions précaires.

Une centaine de migrants tunisiens selon la préfecture, 200 selon les associations qui leur viennent en aide, ont trouvé refuge depuis plusieurs jours dans ce jardin situé à proximité de la gare Saint-Charles où beaucoup sont arrivés en train depuis l’Italie.

"On avait pu solutionner de l’hébergement pour vingt-cinq ans migrants, on essayait de trouver des solutions pour les autres pour qu’ils dorment dans des conditions pas trop difficiles, lorsque des CRS et des policiers de la police des frontières sont arrivés pour les contrôler", a expliqué Bernard Eynaud de la Fédération de la Ligue des droits de l’Homme. Double discours

Quinze migrants ont été interpellés puis placés en garde à vue pour "infraction à la législation sur les étrangers", a précisé la source proche de l’enquête.

"D’un point de vue symbolique, ca me paraît très fort. On a un double discours, la préfecture annonce qu’une école publique va être ouverte ce matin pour l’hébergement et en même temps, on a l’intervention des forces de l’ordre", a ajouté Bernard Eynaud.

Mardi soir, la préfecture des Bouches-du-Rhône a indiqué qu’elle travaillait avec le consulat général de Tunisie à Marseille pour aider au retour en Tunisie des migrants qui s’étaient déclarés volontaires pour rentrer dans leur pays.

"Pour ceux d’entre eux qui ne manifestent pas clairement cette volonté, l’application stricte des lois et règlements de la République a été demandée", avait-elle ajouté.

Déploiement de forces de police à Paris

Au même moment à Paris, plusieurs dizaines d’immigrés tunisiens arrivés récemment d’Italie et réfugiés au parc de la Villette dans le XIXe, ont été interpellés par les forces de l’ordre, a-t-on appris auprès d’une association et de la préfecture de police.

L’opération s’est déroulée vers 21h au moment où un repas chaud était distribué à plusieurs dizaines de migrants par la Croix Rouge Porte de la Villette, a indiqué à l’AFP Omeyya Seddik, administrateur de la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), présent sur place.

"Il y a eu un très grand déploiement des forces de police, principalement Porte de la Villette, où se trouvaient entre 100 et 200 jeunes migrants", selon lui.

"Infraction à la législation sur le séjour"

Les forces de police les ont laissé manger mais ensuite "ont embarqué presque tout le monde" au moment où les immigrés retournaient vers le parc où beaucoup se sont installés dans des conditions précaires.

La préfecture de police a confirmé qu’"une opération similaire à celle d’hier", avait eu lieu mercredi soir, sans donner de précisions sur le nombre de personnes interpellés.

Cette opération est "dans la continuité" de celle menée mardi soir, au cours de laquelle une soixantaine de personnes placées en garde à vue mardi soir à Paris et en Seine-Saint-Denis pour "infraction à la législation sur le séjour", a-t-on précisé de même source.

"La majorité ont ou vont faire l’objet de reconduite à la frontière"

L’objectif est de "contrôler toutes ces personnes arrivées en masse", "d’établir un diagnostic de la situation de chacun", et de traiter "au cas par cas" leur situation, a-t-on ajouté de même source.

Selon M. Seddik, des opérations similaires auraient également eu lieu mercredi soir "à Jaurès, Stalingrad et Pantin".

Un responsable de la police "nous a dit qu’ils agissaient sur réquisition du procureur", a-t-il ajouté.

Selon lui, de nombreux Tunisiens ont été "embarqués au commissariat du XIXe", où l’association essayait "d’envoyer des avocats pour avoir des informations".

Mercredi en fin de journée, la préfecture de police avait précisé que "la majorité" des Tunisiens arrêtés mardi soir "ont ou vont faire l’objet d’arrêtés préfectoraux de reconduite à la frontière".

Suivant
Imprimer l'article