Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Tunisiens évacués/Paris : 25 sans-papiers tunisiens au CRA, 25 relâchés avec APRF et 50 en attente
(Le 5 mai 2011)

Tunisiens évacués/Paris : gardes à vue

AFP, 05/05/2011 | Mise à jour : 15:24

Une centaine de personnes, pour la plupart des migrants tunisiens, ont été placées en garde à vue pour infraction à la législation sur le séjour, sur les 128 interpellées hier à Paris, lors de l’évacuation d’un immeuble avenue Simon Bolivar (XIXe), a-t-on appris de source policière.

"L’étude de la situation administrative d’une partie des interpellés est toujours en cours", a indiqué la préfecture de police de Paris, une source policière assurant qu’une cinquantaine de dossiers avait déjà été traités jeudi à la mi-journée. Sur la centaine de personnes en garde à vue, près de 25 ont été placées en rétention administrative, a-t-on précisé de même source, une dizaine faisant l’objet d’une mesure de réadmission en Italie prochainement. Près de 25 autres personnes ont fait elles l’objet "d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière (APRF)", a assuré cette source.

Une personne frappée d’un APRF est remise en liberté et dispose de sept jours pour quitter le territoire : à défaut, elle est de nouveau arrêtée, placée alors en rétention et expulsée dans son pays d’origine. Si elle dispose d’un titre de séjour Schengen délivré par l’Italie, elle est aussi placée en rétention, dans le cadre d’une "mesure de réadmission" vers ce pays.

Par ailleurs, six personnes, pour la plupart tunisiennes, interpellées dans d’autres opérations menées dans la capitale et en proche banlieue devaient être réadmises en Italie cet après-midi, et probablement une dizaine demain matin, selon la même source. Depuis le milieu de la semaine dernière et "le début des opérations" dans ce périmètre, une quinzaine de personnes ont été réadmises en Italie, a précisé la source policière.

Hier, la police a procédé à l’évacuation d’un immeuble insalubre appartenant à la ville de Paris, occupée depuis lundi par des migrants tunisiens, pour la plupart arrivés récemment d’Italie et qui dormaient depuis plusieurs jours dans des parcs de la ville.

Suivant
Imprimer l'article