Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Nice : 72 migrants tunisiens raflés à l’aube dans un foyer
(Le 3 mai 2011)

Nice : 72 migrants interpellés à l’aube dans un foyer

Nice Matin, mardi 03 mai 2011 à 09H50

150 agents des forces de l’ordre ont interpellé tôt ce mardi 72 migrants, la plupart tunisiens, dans un foyer de Nice-ouest.

"Debout, wake up ! Allez monsieur, vos papiers. Documents italiens ?" Réveil brutal, ce mardi à l’aube, pour les migrants qui avaient trouvé refuge au foyer Adoma (ex-Sonacotra) de Nice-ouest.

Entre 6h et 7h, 167 policiers, gendarmes, douaniers se sont déployés sur le site de la route de Grenoble, dans le cadre d’une vaste opération de contrôles. Objectif officiel : remédier à "une situation de sur-occupation", et empêcher que ne "se crée une zone de non-droit", dixit le préfet des Alpes-Maritimes, Francis Lamy.

72 jeunes hommes*, des Tunisiens pour la plupart, ont été interpellés au saut du lit - ou plutôt, de leur abri de fortune. Certains dans les parties communes du foyer, d’autres à l’extérieur. Manifestement résignés, ils se sont laissés interpeller sans opposer de résistance.

Le préfet : "Il y aura d’autres opérations"

A l’issue d’un examen "au cas par cas", les étrangers en situation irrégulière devaient être reconduits à la frontière. 23 seront reconduits en Italie dès ce mardi, a indiqué plus tard la préfecture. D’autres seront placés en centre de rétention administratif.

Francis Lamy a précisé avoir agi "à la demande du propriétaire" du site, et après avoir averti le procureur de la République de Nice. "Force doit rester à la loi. L’objectif a été atteint.", a ajouté le préfet.

Des opérations similaires ont déjà été menées ces derniers jours à Mandelieu, Cap d’Ail ou Saint-André-de-la-Roche. "Il y en aura d’autres", a prévenu Francis Lamy.

La direction départementale de la sécurité publique, CDI, BAC, la PAF, les douanes, les forces mobiles de gendarmerie ainsi que la police municipale ont participé à l’opération, tandis que l’hélicoptère de la gendarmerie survolait le secteur.

Le maire de Nice Christian Estrosi et son 1er adjoint Benoît Kandel ont salué l’action des services de l’Etat, soucieux que "Nice ne devienne pas un point de chute pour les migrants illégaux."

Suivant
Imprimer l'article