Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Ouest : premières condamnations en comparution immédiate
(Le 7 mai 2007)

RENNES, 7 mai 2007 (AFP) - 21h10

Violences à Rennes : premières condamnations en comparution immédiate

Quatre jeunes majeurs, jugés lundi après-midi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Rennes, ont été condamnés à deux mois de prison ferme pour l’un et de 105 à 140 heures de travail d’intérêt général (TIG) pour les autres. Un des jeunes, âgés de 20 ans, originaire de Vitré (Ille-et-Vilaine), qui a reconnu être venu à Rennes dimanche soir pour en découdre avec la police après l’annonce des résultats de la présidentielle, a été condamné à la peine la plus lourde. Il était accusé de jets de canettes et de bouteilles, qui n’avaient cependant pas fait de blessé. Il avait auparavant été condamné à de nombreuses reprises, pour vols notamment. Six cents manifestants anti-Sarkozy ont manifesté dimanche soir dans le centre de Rennes où des véhicules ont été incendiés et plusieurs vitrines détruites. Les forces de l’ordre ont procédé à neuf interpellations. Quatre individus sont toujours en garde à vue, tandis qu’un supplément d’information a été demandé lundi par le tribunal contre le cinquième.

Dans l’ouest, où plus de 70 véhicules ont brûlé dans une dizaine de villes, les incidents les plus sérieux ont eu lieu à Nantes, où 27 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue depuis dimanche soir. Treize d’entre elles, soupçonnées de violences sur agent de la force publique avec arme par destination, ont été déférées lundi. Cinq ont été libérées et quatre autres feront l’objet d’une convocation ultérieure. La garde à vue des cinq derniers a été prolongée. Dans les villes de Brest, Tours et Orléans, une quinzaine de personnes sont toujours gardées à vue.

Suivant
Imprimer l'article