Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Quid des perquisitions à Paris contre des squats il y a 15 jours ?
(Le 12 mai 2007)

Quid des perquisitions à Paris contre des squats il y a 15 jours ?

Remarques concernant les perquisitions qui ont visés des squats parisiens il y a une quinzaine de jour.

Il aura fallu attendre 10 jours et la lecture des dépêches d’agences de presse qui présentent le dispositif policier déployé dans Paris et sa banlieue au soir du second tour, pour avoir incidemment (enfin pas tant que ça vu les discours qui suivirent sur "l’extrême gauche, les anarchistes, les autonomes" dans les affrontements des jours suivant le deuxième tour) des précisions sur ce qui était évoqué en trame d’un appel à la mobilisation pour un sans-papiers arrêtés dans le cadre de ces perquisitions.

Il semble inconcevable et très inconséquent que nulle part les faits n’aient été annoncés et rendus publiques. On ne pourra pas, cette fois, objecter de la nécessité de discrétion au regard des flics puisque ce sont eux qui ont mené les perquisitions, ils semblent tout de même bien placés pour être au courant.

Il est très dommageable que les gens en prise avec cette agitation policière n’aient pas fait en sorte de relater, au moins à minima, les faits, les raisons évoqués, le déroulement des perquisitions, et ce dans les plus brefs délais. Il n’était évidemment pas nécessaire de rentrer dans des positionnements par rapport au fait, relater des événements n’implique pas de les défendre, les revendiquer ou s’en démarquer. Ainsi tous ceux qui peuvent être en prise avec l’activité policière (à peu près tout le monde, en fonction de ce que les flics veulent, savent, croient savoir ou veulent savoir) peuvent connaître un peu l’avancement des pratiques des flics.

Sauf si des perquisitions ont déjà été passées sous silence avant, l’inconséquence étant peut être la seule chose qui circule gaiement, ces faits sont assez nouveaux et loin d’être banals, puisqu’apparemment il ne s’agissait pas seulement de perquisitionner chez les personnes interpellées. En effet il y eu 2 personnes arrêtés et il est mentionné "plusieurs perquisitions". La peur ou la fausse habitude ne doivent pas occulter l’importance, en terme de changement, de ce qui s’est passé. De plus quelques détails sobres sur les circonstances, d’éventuelles arrestations, sur les motifs avancés pour mener ces perquisitions, si des choses ou des gens étaient recherchés, les éventuelles suite données à tout ça sont le minimum que l’on peut attendre et demander à ceux qui se trouvent, au moins par le fait des flics, partager avec d’autres, connus ou pas par eux, une communauté de destin.

Le but n’est pas de blâmer ceux qui se sont mobilisés pour sortir la personne sans-papier du centre de rétention, mais il s’agit de souligner que en aucun cas les mobilisations dans l’urgence ne peuvent gommer de nécessaires explications et analyses.

Le but n’était pas non plus que ceux qui ont écrit ce texte soit eux personnellement au courant en plus de ceux qui l’ont déjà été, mais pour souligner le fait impératif que des faits de ce type soient traités avec un minimum d’intelligence de la situation.

le samedi 12 mai 2007 à 17h15

Sources : http://paris.indymedia.org/article.php3 ?id_article=81251

Suivant
Imprimer l'article