Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Millau : Relais TV sabotés le soir de la présidentielle, 2 interpellations
(Le 13 septembre 2007)

Relais TV sabotés à Millau le soir de la présidentielle : 2 interpellations

AFP 13.09.07 | 19h51

Deux Sud-Aveyronnais soupçonnés d’avoir participé au sabotage des relais télé et radio de Millau le 22 avril, date du premier tour de l’élection présidentielle, ont été déférés jeudi au parquet de Millau, a-t-on appris de source judiciaire.

Interpellées mercredi matin, ces deux personnes, âgées de 23 et 25 ans, et dont le plus jeune est le fils d’un responsable local de la Confédération paysanne, étaient entendues en fin d’après-midi par un juge d’instruction.

Le 22 avril, trois relais distants de plusieurs kilomètres avaient été sabotés quasi simultanément, privant plusieurs milliers de téléspectateurs de la région de la retransmission de la soirée électorale sur les chaînes et stations hertziennes. La réception des opérateurs de téléphonie mobile Bouygues Télécom et SFR avait également été perturbée pendant plusieurs heures.

La société TDF, propriétaire du principal relais, installé sur le site dit de la Puncho d’Agast, avait porté plainte, ainsi que plusieurs utilisateurs de ses équipements. Dénonçant des "actes de terrorisme", la mairie de Millau s’était associée à l’action en justice.

Les enquêteurs sont à la recherche d’autres personnes susceptibles d’avoir participé à cette action concertée. Les auteurs sont passibles de cinq ans de prison pour destruction de biens publics en réunion.

************

Sabotage du relais TV : deux jeunes en détention

Le 22 avril dernier, entre 4 000 et 10 000 foyers millavois avaient été privés de télévision, radio, téléphonie mobile et par la même occasion de soirée électorale - 1er tour de la présidentielle - en raison des sabotages de l’émetteur de la Pouncho d’Agast, et des relais du pic d’Andan et du col du Renard, sur le Larzac.

Si l’image et le son sont très vite revenus, les auteurs des faits restaient jusque-là introuvables. Hier, l’enquête diligentée conjointement par le SRPJ de Toulouse et les policiers sud-aveyronnais, après les plaintes déposées notamment par la société TDF et la mairie de Millau, a, semble-t-il, abouti. En partie tout du moins.

Dans l’après-midi, deux personnes, en garde à vue depuis leur arrestation au saut du lit mardi matin, ont été en effet présentées sous bonne escorte au substitut du procureur de la République, puis au juge d’instruction.

Dans le bureau du magistrat instructeur, au palais de justice de Millau, les jeunes hommes, 23 et 25 ans, sympathisants de la mouvance altermondialiste et membre d’un collectif anti-pub, ont reconnu les dégâts occasionnés au relais radio des pompiers au col du Renard, près de la ferme des Combets.

Ils n’ont en revanche donné aucune indication concernant d’autres commandos, des comparses éventuels et les actes de la Pouncho et du Pic d’Andan. Une posture que n’a pas vraiment appréciée le juge de la détention et des libertés devant lequel ils ont comparu en fin de journée.

Mis en examen pour dégradation de biens d’autrui, d’objets d’utilité publique et même d’association de malfaiteurs, ils ont été placés en détention provisoire, le parquet craignant, semble-t-il, des interférences dans l’enquête.

Dans la salle, où parents et amis étaient venus assister à l’audience publique, cette décision a fait l’effet d’une bombe. Les deux mis en cause encourent jusqu’à 5 ans de prison, voire dix pour le plus jeune en situation de récidive légale.

Dominique MERCADIER

Midi Libre, 14 Septembre 2007

*********

Soulié Soutien à Guilhem Soulié( sabotage d’un relais TV avril 2007)

Comité de soutien pour la libération de Guilhem Soulié

Petit rappel : (Extrait de "Cette Semaine" n°92, mai 2007, p.5)

22 avril, Millau : Plusieurs milliers de téléspectateurs de la région de Millau (Aveyron) ont été privés d’image et de son après le sabotage de relais télévision et radio dimanche, au moment où débutait la soirée du premier tour de l’élection présidentielle, a-t-on appris mardi auprès du groupe TDF.

Peu après 20h et l’annonce des premières estimations, la diffusion des émissions de la soirée électorale a été perturbée sur les chaînes de télévision hertziennes et plusieurs stations de radio nationales et régionales.

Dans l’enceinte du relais installé sur un site appelé la Puncho d’Agast, plus d’une trentaine de câbles assurant la liaison entre les paraboles de réception des ondes et le local technique où ces ondes sont traitées avant d’être relayées vers les foyers de Millau et sa région ont été sectionnés.

La réception des opérateurs de téléphonie mobile Bouygues Telecom et SFR a également été perturbée.

Le relais du Puech d’Andan, près de Saint-Germain, a, lui aussi, été vandalisé dimanche en début de soirée, ainsi que le relais radio des pompiers, situé sur le Larzac, au col du Renard.

Le retour à la normale ne s’est effectué que lundi en milieu de journée, précise TDF, propriétaire d’un des relais visés. Après les réparations d’urgence, il est prévu d’autres interventions sur ces relais dans les jours à venir.

Jeudi 13 septembre 2007, Guilhem Soulié a été placé en détention provisoire pour avoir cisaillé les câbles d’une antenne-relai de télévision, le 22 avril 2007 à Millau.

Nous demandons sa libération, dans l’attente de son jugement. Guilhem Soulié a reconnu les faits et revendique le caractère militant de cette action, il ne se dérobe pas à la justice.

Sa mise en détention provisoire est une sanction disproportionnée par rapport aux préjudices causés.

En outre, Guilhem subit les conséquences humainement dramatiques de la loi du 10/08/07 sur la récidive (action anti-pub sur Millau), cette loi contraint les juges à infliger des peines plancher de prison ferme sans tenir compte de la personnalité de l’intéréssé, de la gravité des infractions et des circonstances dans lesquelles elles ont été commises.

Pour l’ensemble de ces raisons, nous avons décidé de constituer un comité de soutien dont l’objectif est d’obtenir sa libération dans l’attente du procès.

Nous vous invitons à rejoindre ce comité pour soutenir Guilhem et ou lui écrire.

Guilhem Soulié. Maison d’Arrêt de Rodez 7 rue François Mazenq 12000 Rodez. N° d’écroue :9282

Nota : vous devez savoir que tout courrier sera ouvert et éventuellement joint au dossier d’instruction.

Réunion d’information sur le thème de la loi de récidive du 10-08-2007 avec un juriste et un avocat Mardi 25 septembre à 20h30 Foyer du Caylus Route de Saint Rome de Tarn, à Saint Affrique.

Comité de soutien pour la libération de Guilhem Soulié chez M. et Mme Lacombe - Salelles 12480 Saint Izaire

Tel : 05 65 99 45 65

e-mail : michel.lacombe11_L9R_wanadoo.fr

Suivant
Imprimer l'article