Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Emeutes de Villiers-le-Bel : la police offre une récompense aux témoins
(Le 4 décembre 2007)

Emeutes de Villiers-le-Bel : la police offre une récompense aux témoins

AP | 04.12.2007 | 18:52

La police distribue depuis le week-end un appel à témoins à Villiers-le-Bel (Val d’Oise) où plusieurs policiers ont été blessés par des coups de feu lors des émeutes survenues les 25 et 26 novembre, a-t-on appris mardi de source policière.

Dans ce courrier déposé dans les boîtes aux lettres, les enquêteurs de la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Versailles proposent de rémunérer des informations capitales permettant d’identifier le ou les tireurs. "Ca pourrait monter jusqu’à 10.000 euros", ajoute-t-on de source policière.

Saisie dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour "tentative d’homicide volontaire" commise sur près de dix policiers blessés par des plombs tirés avec des fusils de chasse ou à pompe, la brigade criminelle de la DRPJ promet de sauvegarder l’anonymat des éventuels témoins.

Les fonctionnaires avaient été touchés alors qu’ils tentaient d’endiguer les violences commises par plusieurs jeunes durant les nuits des 25 et 26 novembre. Ceux-ci avaient notamment incendié une école et la bibliothèque de Villiers-le-Bel après la mort de deux adolescents qui avaient percuté un véhicule de police. Les policiers à bord ont été mis hors de cause par l’enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), même si une information judiciaire pour "homicide involontaire" a été ouverte quelques jours après.

Cent trente policiers ont été blessés durant les émeutes urbaines survenues dans cette ville du Val d’Oise. Nicolas Sarkozy avait ensuite dénoncé les actes commis par la "voyoucratie" et promis les assises aux responsables de ces "tentatives d’assassinat". AP

Suivant
Imprimer l'article